Ce soir la finale était belle

Voici pour vous le récit de la finale, que cous avez déjà pu lire sur le site officiel d'Empire of Sports (EOS), un article écrit par l'un des rédacteurs de votre fan-site préféré dans le cadre du concours des reporter EoS. Alors si vous n'avez pas eu l'occasion de passer sur le site officiel : bonne lecture à vous.

repporter

Jeudi 30 avril 2009, après un mois de luttes acharnées, de matchs étriqués et de rencontres débridées, le grand jour était enfin arrivé. Je me levais avec cette seule idée en tête : « ce soir la finale sera belle ».

Le 1er avril le grand bal de l’équipe.fr cup avait été lancé. Seize équipes plongeaient tête première dans le grand bain de la compétition. Certains clubs voulaient simplement bien figurer, d’autres ne rêvaient plus que de la victoire finale. Mais quelque fût le talent des joueurs et leurs ambitions au départ, lors de ces grands évènements la pression remet tout les compteurs à zéro. Tous les joueurs partaient donc sur un pied d’égalité.

Ukraine, AS Ardèche, French Lions, FC Paris Lyonnais, Getbackers, AC Croix-Rousse, The Slideurs, Souris,  oXmoze, Band of Brothers, Deutschland, ProEvoTeam, Football Manager, Evolution, Fondation et Black Eagles, ils étaient seize clubs pour un seul titre : roi des pelouses d’Empire of Sports.

Un titre accompagné d’une récompense suprême : le droit de pouvoir se pavaner avec le logo de son club sur un équipement.

Le tournoi commença donc, les matchs de poules passèrent, les quarts aussi, jusqu’aux demi-finales ce cette semaine. Les deux monstres ont tour à tour croqué les outsiders.

Band of Brothers contre oXmoze, ce soir la finale sera belle.

C’est ce leitmotiv qui m’accompagna  le reste de la journée, rythmant mes pas sur EoS. France City reposait sur des chardons ardents, prête à s’embraser dès que le match serait lancé.

Les supporters des deux camps s’investissaient ici et là en encensant les qualités de leur club favori, tandis que les déçus des tours précédents radotaient le refrain trop entendu des « si… ».

La température montait en degrés avec les heures qui passaient et j’essayais en vain d’avoir des tuyaux sur la finale auprès de Francis. Celui restait imperturbable et insistait même (assez lourdement) pour que je m’inscrive aux tournois permanents.

Mais je ne pouvais vraiment pas, mon esprit était tout entier tourné vers le match de ce soir, car j’en étais sûr, ce soir la finale sera belle.

Enfin arrivait l’heure fatidique, je m’empressais de franchir les quelques mètres qui me séparaient de mon siège de spectateur. Ces quelques pas furent les plus longs et intenses en émotions que j’ai jamais connu sur EoS. En gravissant les gradins au rythme des chants des supporters des deux camps mon échine fût parcourue d’un frisson. Les chants résonnaient dans ma tête :

« Allez les BoB, vive les casquettes (avec le bruit je ne suis plus très sûr)… Allez oXmoze, on va gagner tranquille, il n’y a pas le feu au lac (bizarre ces supporters suisses…). »

Toute la ville était désormais chauffée à blanc et n’attendait plus que le coup de sifflet de l’arbitre qui devait lancer le match pour donner libre cours à sa folie passagère.

C’est sûr ce soir la finale sera belle !

equipecup

Ça y est, le grand moment est venu. Eolleo (capitaine), Ultramarine, Pierrened et Calintz jouaient en rouge pour les oXmoze. Les oXmoze abordent le match avec une formation en 2 – 2, avec Ultramarine défenseur droit et Calintz défenseur gauche. Eolleo et Pierrened se positionnent devant sans position fixe.

En face les Band of Brothers jouaient en bleu. Ils ont décidé d’adopté une position plus basse avec un 2 - 1 – 1. Waterloo et Yakou étaient chargés de contrôler les velléités offensives des oXmozes, Yann A (capitaine) jouaient en milieu relanceur et Supasteevo devaient peser sur la défense adverse.

C’est Eolleo qui donnait le coup d’envoie. La première minute fût assez brouillonne avec un  abus de longs ballons de part et d’autres du terrain. Mais très vite, se sont les oXmoze qui vont se montrer es plus agressifs en attaque.

0’50  : Pierrened échouait une première fois sur le gardien. Après un débordement sur la droite, il tentait sans succès un lob croisé.

1’20 : Eolleo trouvait la tête de Pierrened sur un centre au cordeau mais là encore le gardien s’interposait. La défense des BoB souffre alors sous les coups de boutoirs des rouges qui leur mettent une grosse pression.

2’00 : Après 40 secondes de luttes âpres dans le camp bleu, Ultramarine réussissait à centrer pour son capitaine qui réussissait une belle reprise là encore captée par le gardien adverse. Les rouges insistent et continuent à peser sur la défense des BoB.

2’40 : Le tournant du match, sur une récupération dans son camp, Waterloo décide d’avancer sur la droite de l’attaque bleue. Attirés par Yann A et Supasteevo la défense rouge le laisse libre et il a le temps d’armer une superbe frappe qui vient se loger en pleine lucarne, laissant aucune chance au gardien. Quelle mine il a décoché ! Les BoB mènent 1-0 et ce but va leur donner confiance. Jusque là frileux, ils vont commencer à s’enhardir.

3’00 : Les oXmoze veulent réagir très vite, mais encore une fois ils échouent sur le gardien des BoB, qui arrête une belle reprise d’Eolleo.

3’45 : Lancé plein axe par Yann A, Supasteevo se retrouve en tête à tête contre le gardien. Mais il perd son duel face au gardien des rouges.

4’35 : Sous la pression des rouges, les BoB cafouillent en défense et Eolleo tente sa chance sur un ballon qui traîne, en vain encore une fois.

4’50 : Juste avant la mi-temps, Yann A tente sa chance de loin mais le gardien sort un arrêt de grande classe pour dévier de peu la balle en corner.

A la mi-temps les oXmoze ont de quoi regretter toutes ces occasions gâchées. Mais leurs supporters peuvent encore y croire. On entend ça et là dans les tribunes qu’avec tant d’occasion ce n’est pas possible que ça ne rentre pas au moins une fois. Chez les Band of Brothers on y croit de plus en plus, mais d’outsiders au début du match, ils vont pénétrer sur la pelouse en deuxième mi-temps avec la pression que leur donne leur avantage au tableau de marque, comment vont-ils réagir ?

Cette deuxième mi-temps part sur les chapeaux de roues, mais cette fois-ci les deux équipes jouent beaucoup plus dans les pieds, le jeu s’accélère et le niveau de jeu monte d’un cran.

5’45 : Les oXmoze partent comme des fous à l’assaut des buts bleus dès la reprise et Pierrened se procure une double occasion. Sa première frappe croisée depuis la droite est repoussée dans l’axe, mais il n’a pas plus de réussite sur son deuxième tir.

6’25 : Suite à une remise en touche sur la droite du terrain (à gauche de l’attaque bleue) les oXmoze sont victimes d’une grosse incompréhension qui envoie Yann A seul face au gardien, mais sans succés pour le milieu des BoB.

7’05 : Eolleo prend les choses en mains et s’enfonce seul sur le flanc gauche de la défense bleues, mais son tire croisé est dévié de justesse par le valeureux Yakou. A la fougue des rouges les bleus répondent avec le cœur.

8’15 : Alors que les défenses commencent à prendre le pas sur les attaquants, Waterloo arrive à délivrer une passe plein axe en direction de Supasteevo qui perd son deuxième duel de la soirée seul face au gardien.

8’55 : Le jeu devient intense, mais toujours propre (aucune faute ne sera sifflée dans ce match) et après un exploit, le lion suisse, capitaine courage des rouges tente une nouvelle fois sa chance cette fois depuis la gauche, mais décidemment le gardien des BoB est infranchissable.

9’25 : Yann A tricote au milieu du terrain, il évite les tacles d’Ultramarine et Calintz avant d’envoyer Supasteevo dans un troisième duel. Cette fois l’attaquant bleu prend son temps, s’écarte légèrement sur la droite. Il arme sa frappe et son tir fait mouche au ras du poteau gauche du gardien, là où Waterloo avait déjà conclut en première période. 2-0 pour les BoB, à trente secondes de la fin la messe est dîte.

9’40 : Les oXmoze jouent pour l’honneur et jettent leurs dernières forces dans la lutte. Ça paie enfin, après un cafouillage des défenseurs à l’entrée de la surface, Pierrened marque enfin ce but tant attendu d’une superbe frappe plein axe des 20 m.

Mais trop tard, les Band of Brothers vont gérer la fin de match et attendre la délivrance.

Ça y est, les Band of Brothers sont champions. Quel match c’était, les oXmoze ont dominé, mais ne se sont pas montré assez décisif dans le dernier geste. La force de cette équipe rend encore plus belle la victoire des bleus. Vraiment ce soir, la finale était belle.

Pour sa défense héroïque et son but superbe, Waterloo sera déclaré homme du match d’une finale de rêve. Un champion parmi d’autres qui mérite cette belle victoire. Mais une chose est sûre, il faudra compter sur les oXmoze dans le prochain tournoi.  

Je peux quitter ce stade la tête pleine de belles images, bravo aux deux finalistes et merci pour ce grand match. Vraiment, vivement le prochain tournoi !

eos


  • En chargement...

Que pensez-vous de Empire of Sports ?

43 aiment, 19 pas.
Note moyenne : (65 évaluations | 8 critiques)
4,5 / 10 - Moyen

59 joliens y jouent, 158 y ont joué.